Calibration de lois d'atténuation par simulation de propagation d'ondes sismiques

Corentin Gouache and Paul Cupillard and Pierre Tinard. ( 2019 )
in: Colloque national AFPS 2019, Association Française du génie ParaSismique

Abstract

L’accélération maximale du sol (PGA) est la métrique la plus utilisée pour décrire l’aléa sismique. Les moyens de la calculer sont variables : des simulations de propagation d’ondes sismiques réalistes mais coûteuses en temps de calcul aux lois d’atténuation plus approximatives mais plus pratiques. Pour calculer des PGA à l’échelle nationale, les simulations s’avèrent extrêmement difficiles à mettre en œuvre de par leur fort coût de calcul. Les lois d’atténuation paraissent plus adaptées, cependant il en existe un très grand nombre (Douglas, 2017) étant donnée la variété de paramètres sismiques qui permettent de les établir (zone sismique, type de sol, gamme de magnitudes, de distances au séisme…). Ainsi, le choix des lois d’atténuation les plus pertinentes pour notre étude peut s’avérer complexe. Afin de faire ce choix, nous comparons ici différentes lois d’atténuation à des résultats de simulations de propagation d’ondes sismiques dans la région de Nice. Les simulations sont réalisées grâce à la méthode des éléments spectraux (SEM). Différentes approches comparatives sont proposées afin de prendre en compte la géométrie du champs d'accélération au sein des lois d'atténuation.

Download / Links

BibTeX Reference

@INPROCEEDINGS{,
    author = { Gouache, Corentin and Cupillard, Paul and Tinard, Pierre },
     title = { Calibration de lois d'atténuation par simulation de propagation d'ondes sismiques },
     month = { "sep" },
 booktitle = { Colloque national AFPS 2019 },
      year = { 2019 },
organization = { Association Française du génie ParaSismique },
       url = { https://www.researchgate.net/publication/336103643_Calibration_de_lois_d'attenuation_par_simulation_de_propagation_d'ondes_sismiques },
  abstract = { L’accélération maximale du sol (PGA) est la métrique la plus utilisée pour décrire l’aléa sismique. Les moyens de la calculer sont variables : des simulations de propagation d’ondes sismiques réalistes mais coûteuses en temps de calcul aux lois d’atténuation plus approximatives mais plus pratiques. Pour calculer des PGA à l’échelle nationale, les simulations s’avèrent extrêmement difficiles à mettre en œuvre de par leur fort coût de calcul. Les lois d’atténuation paraissent plus adaptées, cependant il en existe un très grand nombre (Douglas, 2017) étant donnée la variété de paramètres sismiques qui permettent de les établir (zone sismique, type de sol, gamme de magnitudes, de distances au séisme…). Ainsi, le choix des lois d’atténuation les plus pertinentes pour notre étude peut s’avérer complexe. Afin de faire ce choix, nous comparons ici différentes lois d’atténuation à des résultats de simulations de propagation d’ondes sismiques dans la région de Nice. Les simulations sont réalisées grâce à la méthode des éléments spectraux (SEM). Différentes approches comparatives sont proposées afin de prendre en compte la géométrie du champs d'accélération au sein des lois d'atténuation. }
}